Etudes sur la e-cigarette

Science à 2$: Faire fumer des robots encrasserait leur circuiterie

Deux chercheurs de l’Université de Portland aux Etats-Unis ont publié une lettre accompagnée d’un « dossier de presse » dont le contenu fait état de leurs inquiétudes concernant les effets néfastes de la vapoteuse sur la santé.

Selon leurs recherches en laboratoire, le e-liquide utilisé dans les vaporisateurs génère une substance cancérigène, le formaldéhyde, en particulier lorsque le e-liquide est fortement chauffé comme du café brulé.
 

A propos de cette fameuse lettre de Portland

Ces chercheurs indiquent que le formaldéhyde est une substance produite lorsque la batterie de la cigarette électronique est à son maximum (à 5V).

Lorsque le e-liquide est chauffé normalement, c’est à dire lorsqu’il n’y a pas de gout de brûlé, cette substance n’est quasiment pas présente.
 

Quelques questions à se poser sur la validité de cette étude

Cette étude nous rappelle une mauvaise dépêche de l’AFP qui avait mis le feu au poudre en décembre dernier. Celle-ci avait été démentie dès le lendemain de sa publication mais des articles mensongers ont continué à être publiés dans tous les médias.

  • Les chercheurs de Portland ont-ils respecté les « best practices » basiques du vapoteur, c’est à dire faire correspondre la tension d’une batterie avec la valeur de la résistance?
  • Quelle est donc l’utilité de faire vapoter une machine à fumer en brûlant du e-liquide?
  • Connaissez-vous des vapoteurs qui utilisent leur matériel de cette manière?
  • Quelle est la valeur d’une lettre non validée par la communauté scientifique et qui va à l’encontre d’études publiées et vérifiées depuis 2 ans?
  • Comment se fait-il que la plupart des journaux se précipitent comme des rapaces écervelés sur une annonce faite par des chercheurs qui découvrent la vape dans leur laboratoire?

Nous sommes tristes de constater, encore une fois, que de nombreux médias, dans leur course à l’information, publient TROP RAPIDEMENT des dépêches sans prendre le temps nécessaire de vérifier leur véracité ou leur fiabilité.
 

Quelques éléments de réponse pour rassurer

Les rédacteurs d’evAP ne sont ni des experts, ni des médecins et encore moins des scientifiques mais nous essayons au minimum de recouper les informations avant de les publier.

Dans la vie réelle d’un vapoteur, loin des laboratoires universitaires, l’utilisateur de e-cigarette évite à tout prix de vapoter un BBQ.
Contrairement à un robot inhalateur de vapeur, il va gérer intelligemment la tension de sa batterie pour optimiser son expérience de vape.
Lorsqu’un goût de brûlé survient, c’est non seulement insupportable mais la combustion des mèches et du e-liquide brise rapidement le matériel, le vapoteur le sait depuis ses débuts et aime économiser.

Certains experts se sont insurgés contre cette étude, à l’image du Docteur Bertrand Dautzenberg, pneumologue et tabacologue. Selon le Professeur Farsalinos qui critique fortement cette étude, la machine à vaper était probablement équipée d’une résistance de 1.6 Ohms. C’est exactement celle que j’ai en ce moment dans mon clearomiseur Kanger Aerotank Mega sur batterie Provari, quelle coïncidence!
Personnellement, à cette valeur, il ne me viendrait pas à l’idée de dépasser 3.7 V. En ce moment, ma batterie est bloquée sur 3.1 V. La sensation de vape est excellente, le hit est parfait à 12 mg et la vapeur tiède est bien dense.

Le problème avec ces recherches in-vitro est qu’elles sont exécutées par des chercheurs qui ne connaissent pas la vape. Par exemple, pour faire une analyse correcte, il aurait fallu travailler en Puissance et non en Voltage.
 

A la rédaction d’eVAP, on se demande encore s’il faut classer cet article dans la catégorie « Etudes sur la e-cigarette » dans « Les ratés de la semaine » ou dans « café brulé au plastique ».
 
 

1 commentaire

  1. Sara janvier 26, 2015 at 4:49  - Répondre

    C’est scandaleux ce que font les journaux au Québec! Moi je crois que le lobby du tabac est derrière tout ça. Publier une étude scientifique et l’accompagner d’un dossier de presse, c’est pas un peu bizarre non?

Vos réactions?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec une *

Guide e-cig et e-liquide

Au sujet de

  • Gouvernement du Canada et tabagisme

    Site du gouvernement canadien sur le tabagisme qui ne mentionne malheureusement pas la cigarette electronique. Conseils pour cesser de fumer et renseignements sur la dépendance à la nicotine, le calcul du coût et les risques liés au tabagisme.    

eVAP

eVAP.ca est un blog d’information sur la e-cigarette au Québec.

Le vaporisateur personnel est une méthode de réduction des risques pour le fumeur adulte qui ne veut (ou ne peut) arrêter le tabac.

Les propos tenus sur ce site, sauf cas contraire, ne proviennent pas de professionnels de la santé. En cas de doute, veuillez consulter votre médecin.

sur Google+

Ailleurs sur le Web

Voici une liste de sites à visiter absolument si vous souhaitez enfin arrêter de fumer. Il n'est jamais trop tard pour faire du bien à sa santé.

RESTONS EN CONTACT

Vous pouvez rester en contact avec eVAP en nous suivant simplement sur les réseaux sociaux.