Revues tests e-cigarette et e-liquide

Theorem de Wismec

Ato reconstructible wismec theorem rta rdta

Par Martin Ouellet
 
Le moins qu’on puisse dire, c’est que les attentes étaient élevées quant au Theorem de Wismec. Quand on associe les noms respectés d’un critique Youtube fort sympathique (Mat de Suck My Mod) à celui d’un des designers les plus hot de l’heure (Jay Bo de l’écurie Wismec) et qu’on annonce qu’ils ont conçu ensemble un atomiseur reconstructible, on ne peut que s’emballer et imaginer que le fruit de leur collaboration sera épique.

Devant la vague d’enthousiasme qu’a suscitée leur collaboration sur les médias sociaux, je me sens un peu gâcheux de party de trouver le résultat quelconque. Mais comme vous vous retrouvez ici pour avoir mon avis, je vais vous le donner.

Sans plus tarder, analysons donc la bête.

 

Les fleurs

D’emblée, je précise que le Theorem n’est pas une catastrophe. Il possède même plusieurs qualités exceptionnelles. Le problème, c’est qu’il s’en est fallu de peu pour qu’il soit magistral.

Ma mère ayant fait de moi un garçon poli, je propose donc, avant de lui lancer le pot, de commencer par les fleurs.

Tout d’abord, le Theorem essaie d’être différent, ce qui est déjà louable en soi. Espèce d’hybride entre un atomiseur reconstructible de type Genesis et une sub-tank, on peut s’en servir avec les notch coils (un nouveau type de résistances en inox que Wismec inaugure ici) ou fabriquer les nôtres. Le Theorem peut être configuré en simple coil ou en double résistance. On peut y faire des montages à l’horizontale ou à la verticale.

Le plateau de montage est facile à utiliser et y installer ses mèches de coton est un jeu d’enfant, ce qui n’est souvent pas le cas sur les atomiseurs reconstructibles de type Genesis.

Et puis, il faut reconnaître qu’il a fière allure, le Theorem. Qu’on s’en serve avec le réservoir en verre transparent ou avec la cage métallique fournie à l’achat, il se démarque de la concurrence point de vue look.

La qualité de fabrication est irréprochable et Wismec a pensé à fournir une vitre de rechange, une résistance pré faite supplémentaire, un manuel d’instruction ainsi que des vis et des joints toriques en extra.

Du fait de sa conception particulière (l’appel d’air se faisant par le haut de l’atomiseur), on n’aura aucune fuite de liquide tant qu’on gardera le Theorem en position verticale.

Mais surtout, ô surtout ! La saveur qui assaillira votre bouche à chaque bouffée tient quasiment du divin. Parce que le plus grand accomplissement du Theorem c’est d’offrir, grâce à sa chambre réduite et à la proximité des résistances de votre bouche, une vapeur dense, riche et exquise.

Les amateurs de drippers et d’atomiseurs Genesis ne seront pas déçus de la restitution des saveurs sur le Theorem ; c’est la promesse qu’il honore le mieux et juste pour ceci, il mérite amplement notre respect.

 

Le pot

Ce qui est moins réussi, par contre, c’est ceci.

 

Les fameux notch coils

Étant faits d’acier inoxydable et offrant une grande surface de contact avec le coton, ils chauffent à la vitesse de l’éclair. Ce qui, à priori, est une bonne chose. Le problème, c’est que la généreuse couette de coton qu’ils recouvrent s’asséche aussi à la vitesse grand V. Donc, prudence si vous vapotez à la chaîne ; vous vous exposez à de potentiels dry hits extrêmement désagréables.

De plus, ces résistances ont tendance à former des hot spots, c’est-à-dire que des portions du métal rougissent avant le reste du coil, favorisant ainsi ces infâmes bouffées de coton brûlé que tout vapoteur redoute. Les notch coils performent un tantinet mieux en mode contrôle de température SS (stainless steel) mais je les trouve tout de même moins bons que les résistances en acier inoxydable de Crown ou d’Herakles, par exemple.

Pour ma part, l’expérience notch coil n’aura duré qu’une heure. À la suite de quoi, je l’ai enlevé pour le remplacer par une résistance Clapton qui m’a donné une bien meilleure satisfaction.

 

La contenance du réservoir n’est que de 2 ml.

Attendez-vous à devoir le remplir souvent. Or, le processus pour le remplissage est pénible et salissant. Vous devrez à chaque fois enlever tout le haut de l’ato ainsi que le réducteur de chambre. Dripper par la petite ouverture. Remettre le tout en place (en prenant soin de replacer la bague contrôlant l’entrée d’air en fonction de l’ouverture désirée). Et torcher presqu’immanquablement les dégoulinures de liquide que l’opération aura occasionnées.

Pour compliquer encore un peu le tout, il est fortement suggéré de repositionner par la même occasion vos couettes de coton dans les conduits qui les mènent au réservoir de liquide pour s’assurer que l’air circule entre la chambre et le dit réservoir. Pas reposant.

 

Un mini drip tip

Le drip tip en verre minuscule fourni avec l’atomiseur est certes bien joli. Mais beaucoup trop petit. Et comme il repose sur des anneaux de métal qui auront tendance à devenir très chauds, vos lèvres menacent de se déposer à chaque puff sur le sommet (brûlant) de l’atomiseur. Mauvais.

Au moins, il est possible de le remplacer par un autre de votre choix, étant donné qu’il est de format 510 standard.

 

Un démontage fastidieux

Démonter complètement l’atomiseur pour le nettoyer (ou pour couper les extrémités absurdement longues du notch coil préinstallé à l’achat) peut s’avérer assez sportif. En effet, les joints toriques de caoutchouc qui scellent la base du réservoir sont très, très serrés. Tirer sur le cylindre de verre sans le briser pour séparer les pièces m’a donné des sueurs froides à quelques reprises.

 

Le Theorem de Wismec se transporte très mal, voire pas du tout.

Si vous le laissez penché trop longtemps, le liquide remontera dans la chambre, l’inondant, et se mettra à couler par le bout de votre drip tip. Du coup, vous finirez probablement par vous résigner à le confiner à la maison pendant que vous sortez avec un atomiseur qui sait mieux se tenir en public.

 

La note finale

En résumé, le Theorem de Wismec est un champion de la restitution des saveurs. Il est très réussi esthétiquement, bien construit et il est facile d’y placer ses résistances et son coton. Par contre, il est chiant à entretenir, difficile à démonter et pas pratique pour le transport.

Partagé entre l’admiration et la déception, j’accorde au Theorem de Wismec la note de passage, soit 3 étoiles sur 5. Un peu comme à un élève surdoué mais paresseux, dont la performance ne reflète pas le potentiel.

À mon avis, il est surclassé par le Moonshot de Sigelei. Ce dernier, également très compact, avec son réservoir limité de 2 ml, offre une qualité de vape comparable, c’est-à-dire phénoménale. Le plateau de montage du Moonshot est beaucoup moins convivial que celui du Theorem, c’est indéniable. Par contre, une fois qu’il est prêt à l’emploi, le Moonshot performe sans faille, est beaucoup facile à remplir et ne coule pas. Compte tenu du fait que ces deux atomiseurs se veulent des sortes de drippers portatifs, ces atouts font du Moonshot un meilleur choix que le Theorem, selon moi.

 

Si vous avez fait l’essai du Moonshot de Sigelei ou du Theorem de Wismec, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez.

 

D’ici là, gardez la tête dans les nuages… et les deux pieds sur terre !

 

 

Résumé
Date du test
Produit testé
Theorem Wismec
Note eVAP
3
  • Editor Rating
  • Theorem Wismec
  • Total score
  • User Rating
  • Theorem Wismec
  • Total score

2 commentaires

  1. David Jean-Luc juin 10, 2016 at 10:29  - Répondre

    le Tehorem est top, si vous aimez poireauter et que vous avez soif. Car après l’avoir rempli, il faut attendre que le liquide passe bien dans la cuve. même en remplissant à la seringue, si non on boit la tasse.
    Le Moonshot, se vide aussi à l’horizontale. et 1 coup sur 2 il se vide au remplissage suite à l’absence du verrouillage de l’arrivée du juice. A utiliser personnellement, ok. Pour le vendre dans ma boutique, hors de question! je n’ai pas envie de clients mécontent. Bref, peu mieux faire. je ne regrette pas le moonshot car il possède le même verre que celui du mini armor de Wismec fourni avec le rx75 que je viens juste de briser et qui est toujours indisponible à la vente. Voila le point positif, c’est pour dire !

    • Martin Ouellet juin 14, 2016 at 11:14  - Répondre

      Vous avez raison, les reconstructibles de type Genesis nouveau ne se transportent pas très bien car il ne faut pas les incliner trop longtemps.

Vos réactions?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec une *

Guide e-cig et e-liquide

Au sujet de

eVAP

eVAP.ca est un blog d’information sur la e-cigarette au Québec.

Le vaporisateur personnel est une méthode de réduction des risques pour le fumeur adulte qui ne veut (ou ne peut) arrêter le tabac.

Les propos tenus sur ce site, sauf cas contraire, ne proviennent pas de professionnels de la santé. En cas de doute, veuillez consulter votre médecin.

sur Google+

Ailleurs sur le Web

Voici une liste de sites à visiter absolument si vous souhaitez enfin arrêter de fumer. Il n'est jamais trop tard pour faire du bien à sa santé.

RESTONS EN CONTACT

Vous pouvez rester en contact avec eVAP en nous suivant simplement sur les réseaux sociaux.